es Español

10 Bonnes pratiques autour de l'inclusion des personnes handicapées dans les cabinets d'avocats

"Le Groupe de Travail Di Capability célèbre la Journée Internationale des Personnes Handicapées"
Partager sur Twitter
Comparer en linkedin
Partager sur Facebook
Comparer en email

Journée internationale des personnes handicapées

El Groupe de travail Di-Capabilité veut profiter de la célébration de Journée internationale des personnes handicapées de partager ce petit guide avec 10 recommandations sur l'inclusion des personnes handicapées dans les cabinets d'avocats.

Les bonnes pratiques

1. Bonne pratique : Le Plan Famille

L'engagement que les Cabinets d'Avocats doivent assumer en matière d'insertion professionnelle et de création d'emplois pour les personnes handicapées ne doit pas se concentrer uniquement sur leurs collaborateurs mais aussi sur leurs proches ayant des besoins particuliers.

Le Plan Famille est un outil qui nous permet de développer des compétences, des aptitudes et des attitudes qui permettent aux membres de notre famille handicapés de s'intégrer au travail, non seulement dans nos bureaux mais dans tout type d'entreprise. En plus du développement des capacités, il favorise un environnement sensible et inclusif dans lequel le handicap est normalisé et, d'autre part, il facilite la réconciliation des familles avec des personnes handicapées dans leur environnement qui nécessitent une forte dépendance à l'attention et au temps .

Oscar Parreno, Responsable de l'administration du personnel chez Uría Menéndez 

2. Bonne pratique : actions 360º

Pour promouvoir un environnement qui facilite l'inclusion des personnes handicapées, il est conseillé de construire un cadre d'actions à 360º, à partir d'une approche stratégique, se concentrer sur tous les processus d'incorporation en partenariat avec les universités, promouvoir des formations spécifiques, favoriser un environnement accessible tant dans le bureaux et dans tous les outils numériques, accompagner l'incorporation en tenant compte d'éventuels besoins d'adaptation du poste ou des fonctions, et en même temps être en mesure de promouvoir des actions sociales telles que le volontariat d'entreprise qui contribue à sensibiliser aux défis liés à l'insertion professionnelle des personnes handicapées.

Michèle Menghini, Responsable RSE de la Fondation PwC

3. Bonne pratique : Engagement de la Direction

Assumer des engagements concrets et définis de la part de la direction pour entreprendre des actions d'inclusion. Déterminer les objectifs d'incorporation de ces profils à la fois en nombre et en temps. Impliquer l'ensemble de l'organisation, des Ressources Humaines à l'entreprise, en faisant un projet stratégique. Impliquer spécifiquement les partenaires dans le projet d'inclusion en identifiant les profils favorables à ces mesures.

Fernando Bazan, Partner of the Labour Area chez Deloitte Legal, co-directeur du groupe de travail chez Di Capability

4. Bonne pratique : un chapitre essentiel du programme de formation des avocats

Connaître en profondeur la réalité des personnes handicapées nécessite une formation spécifique. L'intégration de cette matière dans les processus de formation des avocats d'un cabinet contribuera de manière décisive à l'incorporation et à l'intégration de ceux qui sont dans les différentes organisations. Son succès nécessite une décision partagée par l'ensemble de l'organisation. La connaissance des spécialités qui caractérisent les personnes handicapées, les valeurs qu'elles apportent et comment chaque avocat peut y contribuer doit être intégrée naturellement dans le processus de formation professionnelle. Il faut plus que de la volonté pour atteindre cet objectif.

Cristina Jiménez Savurido, Président de Fide

5. Bonne pratique : sensibilisation et visibilité

Les cabinets d'avocats travaillent depuis de nombreuses années sur l'inclusion des personnes handicapées. Cependant, je crois que nous pouvons nous améliorer en interne en rendant visibles les initiatives que nous menons, ainsi qu'en impliquant nos professionnels dans de nouvelles activités, à la fois lancées par le Cabinet et proposées par eux. Je pense que la notoriété et la visibilité sont les leviers sur lesquels nous devons continuer à travailler dans les cabinets d'avocats.

Ève Mince, Responsable RH chez Pérez-Llorca 

6. Bonne pratique : sensibilisation 

Nous pensons que pour une bonne inclusion des personnes handicapées dans les bureaux, il est nécessaire de mener un travail de sensibilisation à tous les niveaux. Il ne s'agit pas seulement de sensibiliser au handicap les RH ou les personnes en charge de la décision, mais il est nécessaire de réaliser cet exercice de sensibilisation/formation avec toutes les personnes qui font partie de l'entreprise. De cette façon, il sera plus facile de parvenir à une intégration complète dans nos organisations. 

Laura de la RosaValverde, responsable des ressources humaines, services centraux d'Auren. 

7. Bonne pratique : Promouvoir l'éducation au handicap dans nos équipes et donner de la visibilité à notre bureau dans les Instituts et Universités 

L'éducation et la sensibilisation sont des éléments clés pour le développement et la gestion appropriés des personnes. Nous proposons l'organisation d'ateliers, de volontariat immersif sur le terrain et de campagnes de sensibilisation avec des intervenants et des personnes en situation de handicap. De même, nous considérons qu'il est essentiel que nous soyons ceux qui prolongent un pont entre le Cabinet, les Instituts et les Universités. 

Thérèse Réja y Lidia Nuñez Lopez, Clifford Chance. 

8. Bonne pratique : Un projet qui valorise tout le monde de manière égale

L'entreprise qui attirera les talents les plus divers sera celle qui créera le plus solidement une atmosphère de communauté pour tous. Il ne s'agit pas seulement de fournir des ressources aux personnes handicapées ou qui s'occupent de personnes handicapées (qui aussi) mais de faire en sorte que tous les salariés, quelles que soient leurs conditions personnelles, sachent qu'ils sont une partie essentielle d'un projet évidemment d'entreprise, mais aussi profondément engagé envers les gens. 

Amelia Fontán García-Ormaechea, avocat expert principal, Ashurst.

9. Bonne pratique : Collaboration public-privé 

Pour parvenir à une réelle inclusion, une meilleure compréhension des difficultés, des doutes et des objections que les personnes handicapées peuvent avoir pour développer leur carrière professionnelle dans les cabinets d'avocats et créer des programmes spécifiques pour éliminer les obstacles est nécessaire. Pour cela, une collaboration et un échange d'informations accrus avec les collèges, les universités et les fondations sont essentiels. Et aussi avec les différents organismes étatiques et régionaux, en portant une attention particulière aux programmes qui permettent d'exercer les pratiques juridiques dans les cabinets d'avocats.

Marguerite Fernández Izquierdo, Partenaire du département du travail de BakerMckenzie.

10. Bonne pratique : Faire de la diversité une culture

L'incorporation explicite de la valeur de la diversité dans les documents importants ; ceux qui sont lus souvent. 

De plus, lors de la recherche de personnes, s'adresser à des organismes pouvant toucher des professionnels du domaine juridique présentant un certain degré de handicap, et ainsi s'assurer que les offres ne se limitent pas aux cercles habituels, auxquels les personnes handicapées n'ont parfois pas accès. Bref, travailler pour faire de la diversité une culture.

Ana Figuier, directeur de Pro Bono à la Fondation Fernando Pombo, co-directeur du groupe de travail Di Capability

Si l'article vous a intéressé,

Nous vous invitons à le partager sur les réseaux sociaux

Partager sur Twitter
Twitter
Comparer en linkedin
LinkedIn
Partager sur Facebook
Facebook
Comparer en email
Email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment vos données de commentaire sont traitées.

Contact

Remplissez le formulaire et une personne de notre équipe vous contactera sous peu.