es Español

Comment la complexité des règles affecte-t-elle l'économie et la concurrence en Espagne?

"Le 26/04 dernier s'est tenu à Fide une session pour aborder comment la complexité des réglementations affecte l'économie et la concurrence en Espagne avec Cani Fernández Vicién, Juan S. Mora-Sanguinetti et Manuel Conthe Gutiérrez."

Le 26 avril Fide ont organisé une session par équipes pour aborder la manière dont la complexité des réglementations affecte l'économie et la concurrence en Espagne, à laquelle ils ont participé en tant qu'orateurs Cani Fernández Vicien, Président de la Commission Nationale des Marchés et de la Concurrence (CNMC) et Juan S. Mora-Sanguinetti, économiste diplômé de la Banque d'Espagne, vice-président d'ENATIC et membre du Conseil académique de Fide (*). a modéré la session Manuel Conthe Gutierrez, arbitre indépendant et membre du conseil académique de Fide.

La session a commencé par la présentation de Juan S. Mora-Sanguinetti d'une étude récente préparée par lui et par Juan de Lucio et qui analyse les normes ayant force de loi (8.171 XNUMX au total) des Communautés autonomes espagnoles. Il existe des différences importantes entre les différentes régions, tant au niveau de leur complexité linguistique et relationnelle que de leur volume. La recherche a montré que ces caractéristiques sont pertinentes et ont un impact sur l'efficacité de l'économie espagnole et du système judiciaire. Ci-dessous, nous rassemblons les conclusions les plus pertinentes qui ont été tirées dans l'étude et qui ont été commentées par Mora-Sanguinetti dans son intervention.

La réglementation est nécessaire au développement économique, car elle peut atténuer les soi-disant «défaillances du marché» et réduire les coûts de transaction entre les agents économiques. Cependant, s'il n'est pas bien conçu, cela pourrait avoir l'effet inverse.

L'une des raisons pour lesquelles la réglementation pourrait être inefficace est qu'elle est excessivement "complexe". La «complexité» est un concept ou un problème «formel» et non un «contenu» des normes. Cela concerne spécifiquement le nombre de normes qui sont approuvées, la structure du réseau qui compose ces normes et l'ambiguïté avec laquelle elles sont rédigées.

Au cours de la session, certains résultats quantitatifs de ces trois dimensions ou facettes de la «complexité» ont été examinés.

  • Tout d'abord, comme pour le volume ou quantité de normes approuvéesIl convient de rappeler que 386.850 1979 normes ont été publiées en Espagne au cours de la période 2020-1978. De plus, le taux d'approbation a quadruplé depuis 2020 (12250 2020 nouvelles normes ont été publiées en 75). Dans ce groupe, cette année-là 15, le poids de la régulation régionale dépassait 1983% et celui de l'administration centrale était d'environ 2018%. Si le niveau des réglementations régionales est analysé exclusivement pour la période 12-8, on constate que le poids (%) de chaque Communauté autonome sur le total régional diffère: la Catalogne a approuvé 5% du total, par rapport à l'Andalousie ou la Castille et León qui approuvait XNUMX% chacun ou Extremadura, qui approuvait XNUMX%.
  • Deuxièmement, en ce qui concerne le complexité relationnelle (ou de la «structure» qui composent les normes entre elles) Il convient de noter qu'en moyenne, les normes régionales établissent 11 liens avec d'autres normes. Cependant, il existe une certaine diversité entre les cadres normatifs des différentes autonomies: les normes aragonaises font en moyenne 18 références à d'autres normes. Cependant, ceux de Navarre seulement 3.
  • Enfin, troisièmement, en ce qui concerne la complexité linguistique, les indicateurs de lisibilité utilisés indiquent que les réglementations régionales sont en général difficiles à lire.

La «complexité» de la réglementation semble avoir, en effet, impacts économiques. Un volume de réglementation plus élevé semble être négativement lié au volume total des entreprises en Espagne. Plus précisément, une augmentation de 1% du volume de réglementation est liée à 0,05% d'entreprises en moins.

Parallèlement, la réglementation «attendue» est liée négativement à la capitalisation des nouvelles entreprises (les «starters»). Plus précisément, une augmentation de 1% du volume de régulation est liée à une réduction comprise entre 1,4 et 1,8% du capital des entrants.

D'autre part, la complexité relationnelle et linguistique a des impacts négatifs sur la productivité et l'efficacité du système judiciaire. Plus précisément, une augmentation de 1% de la lisibilité est liée à une augmentation de 0% de la productivité par heure travaillée. Enfin, la complexité de la réglementation semble également avoir une importance pour le bon fonctionnement de la justice. Une réduction de 07% du nombre de liens est liée à une réduction de 1% de la congestion judiciaire.

Ces informations peuvent être développées dans les références suivantes:

  • De Lucio, J. et JS Mora-Sanguinetti (2021). «Nouvelles dimensions de la complexité réglementaire et leur coût économique. Une analyse utilisant le text mining«. Documents de travail 2107, Banque d'Espagne.
  • Mora-Sanguinetti, JS et R. Pérez-Valls (2021). «Comment la complexité réglementaire affecte-t-elle la démographie des entreprises? Témoignages d'Espagne ». Revue européenne de droit et d'économie. 51, 203-242

(*)Sa participation était à titre personnel.

Après la présentation de M. Juan Mora-Sanguinetti, le président de la Commission nationale des marchés et de la concurrence (CNMC) est intervenu, Cani FernandezComme discutant de l'étude présentée.

La présidente a souligné dans son discours que la qualité linguistique des règles affecte deux principes de base: la transparence et la non-discrimination. Pour cette raison, il a souligné que l'amélioration de la qualité linguistique devrait être un objectif de toutes les institutions ayant des responsabilités en la matière, comme la CNMC. En ce sens, le président a évoqué l'action prévue dans le plan d'action récemment approuvé pour l'amélioration interprétative des circulaires normatives approuvées par la CNMC et qui se caractérisent par leur haut degré de complexité et de technicité.

Entrant dans les aspects les plus intéressants de l'étude, le président de la CNMC a souligné le fait que cette étude aborde la complexité linguistique à partir d'un approche économique, puisque jusqu'à présent il n'y avait eu des analyses que du point de vue du droit du citoyen et l'impact de cette question sur l'activité économique et la productivité des facteurs n'avait pas été analysé.

De même, le président a également souligné l'importance et la valeur de base de données qui a été construit avec des normes juridiques dans différentes juridictions, mais avec des compétences similaires, ainsi que la création d'indicateurs de complexité en transformant des aspects plus subjectifs de la langue en termes numériques.

En revanche, concernant les résultats obtenus dans l'étude, le président de la CNMC a tenu à souligner les points suivants:

  • En principe, plus le nombre de normes est élevé, moins il doit y avoir de lien avec d'autres normes. Cependant, il y a le cas de l'Andalousie où elle a de nombreuses réglementations et, en plus, elle présente un degré élevé d'interconnexion entre elles.
  • Un autre fait marquant est le fait qu'une plus grande interconnexion réglementaire peut impliquer que l'activité juridictionnelle est plus difficile ou plus lente, ce qui, en fin de compte, finit par affecter l'activité économique.
  • Enfin, le fait qu'ils présentent tous des indices de lecture très similaires pourrait indiquer que cette caractéristique n'est pas bien mesurée, ce qui semble être l'une des plus subjectives. Par exemple, la portée des compétences complexes de la LACC (sécurité, environnement, éducation, fiscalité) peut impliquer l'utilisation de mots plus techniques, mais n'indique pas nécessairement qu'ils sont mal utilisés.

Enfin, le président a énoncé une série de commentaires et de questions pour ouvrir le débat et aussi pour contribuer à de nouvelles pistes d'étude. En ce sens, ce qui suit se démarque:

  • Il a demandé s'il serait possible d'utiliser d'autres mesures de la complexité de la lecture. C'est-à-dire non seulement en tenant compte du nombre de mots "rares", mais aussi en obtenant une mesure des expressions qu'il est recommandé d'éviter selon le Conseil pour la modernisation du langage juridique (utilisation du gérondif, structures passives, archaïque formes du subjonctif ...).
  • Il a également proposé la possibilité d'inclure un indicateur sur le nombre de phrases affectées par une norme car il pourrait également être une mesure de la complexité des normes. Cela pourrait être fait car les déclarations incluent des références à des normes et, par conséquent, les deux bases de données pourraient être combinées.
  • De même, et compte tenu de la pertinence de la clarté du langage dans le domaine de la concurrence, il serait intéressant de savoir comment la clarté peut affecter une concurrence effective. Il a rappelé que le rôle du consommateur d'exercer ses droits est crucial pour que la concurrence fonctionne.
  • La dernière question posée par le président avant le début du débat était de savoir comment la qualité linguistique des offres pouvait être analysée, puisque la langue et le libellé juridique des offres publiques elles-mêmes peuvent représenter une barrière à l'entrée de certaines entreprises qui ont une moindre capacité pour accéder à des conseils juridiques pertinents.

Si l'article vous a intéressé,

Nous vous invitons à le partager sur les réseaux sociaux

Twitter
LinkedIn
Facebook
Email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les spams. Découvrez comment vos données de commentaire sont traitées.

Contact

Remplissez le formulaire et une personne de notre équipe vous contactera sous peu.