es Español

Groupe de travail

Changement climatique et transition énergétique

Parce que?

La loi sur le changement climatique et la transition énergétique est un instrument clé pour garantir le respect des engagements de l'Espagne envers l'UE en matière d'énergie et de climat dans le cadre de l'accord de Paris contre le réchauffement climatique.
 
Le transfert de l'ensemble des engagements pris au niveau international et européen nécessite que l'Espagne se dote d'un cadre réglementaire qui inclut les objectifs à moyen et long terme de réduction des émissions de gaz à effet de serre et qui apporte un soutien juridique solide à la planification en matière d'énergie.
 
Bien que tous les groupes de l'arche parlementaire et de la société civile partagent la nécessité de rédiger une loi établissant un cadre institutionnel stable dans ce domaine, il existe des divergences sur son contenu et sa portée.
 
Le groupe de travail sur le changement climatique et la transition énergétique, créé au sein de la FIDE, avait pour objectif fondamental de collaborer activement au débat sur l'une des rares initiatives législatives susceptibles de prospérer au cours des deux prochaines années.

publications

Propositions du Groupe de travail Fide: Projet de loi sur le changement climatique et la transition énergétique

Le 24 janvier 2019 a eu lieu la cérémonie de présentation des «Propositions du groupe de travail Fide: Avant-projet de loi sur le changement climatique et la transition énergétique» a eu lieu. 

Au début de l'événement, les intervenants suivants sont intervenus: 

  • Cristina Jiménez Savurido, Président de Fide. Magistrat en congé 
  • Mariano Bacigalupo Saggese, Professeur de l'Université, Département de droit administratif de l'UNED. Membre du Conseil académique de la Fide
  • Guillermina Yanguas Montero, Magistrat et docteur en droit 
  • Valentin Alfaya Arias, Directeur Santé & Sécurité, Qualité & Environnement de Ferrovial
Les principales conclusions auxquelles est parvenu le groupe de travail sont les suivantes: 
 
  1. L'approbation d'une loi sur le changement climatique et la transition énergétique est un engagement incontournable qui ne tient pas compte des retards.
  2. Le groupe de travail considère, de manière majoritaire, le moment idéal pour la promulgation d'une loi sur le changement climatique et la transition énergétique. L'approbation de cette loi est l'occasion pour l'Espagne de transmettre l'image d'un pays engagé dans la lutte contre le changement climatique.
  3. La lutte contre le changement climatique et la transition énergétique représente une opportunité que l'Espagne ne doit pas manquer. Une transformation du modèle dans lequel la croissance économique est découplée des émissions de gaz à effet de serre est nécessaire, bien qu'il soit essentiel de veiller à ce que cette transition se fasse sans désavantager l'Espagne par rapport aux autres pays de sa région.
  4. L'Espagne est appelée à occuper une position de leader dans le cadre sociopolitique actuel de la lutte contre le changement climatique. L'approbation d'une loi sur le changement climatique et la transition énergétique peut être un signe clair de ce rôle que l'Espagne veut jouer. Ce protagonisme et ce leadership de l'Espagne dans l'UE et dans le cadre international se justifient, parmi de nombreuses autres raisons, par la plus grande vulnérabilité de l'Espagne aux effets du changement climatique.
  5. Il y a des opinions divergentes au sein du groupe de travail concernant le degré d'ambition de la loi sur le changement climatique et la transition énergétique.
  6. Dans le GTCCyTE, une disparité des critères concernant la neutralité technologique a été révélée. Ainsi, et devant ceux qui estiment que le LCCyTE devrait déterminer les technologies applicables, d'autres membres défendent la nécessité d'être flexibles dans la manière d'atteindre les objectifs fixés, compte tenu de l'incertitude sur les technologies utilisables dans le futur, sans aucun ne doit être interdit, car la réalisation des objectifs peut non seulement être inutilement coûteuse, mais même leur réalisation peut être compromise.
  7. Le consensus et la participation sont essentiels pour la bonne application de la loi sur le changement climatique et la transition énergétique. Les messages qui génèrent une insécurité juridique doivent être évités et un processus de transformation ordonné qui évite les réticences doit être encouragé.
  8. Le groupe de travail considère qu'un engagement plus important du secteur public dans la lutte contre le changement climatique est nécessaire. Les mesures contenues dans le LCCyTE affectent de manière décisive le secteur privé et n'ont pas le même degré de force vis-à-vis des politiques publiques.
  9. Une réforme en profondeur de la fiscalité environnementale est essentielle. Si le projet de loi sur le changement climatique et la transition énergétique indique quels devraient être les objectifs de ce système fiscal, il est nécessaire de traduire ces objectifs en une véritable réforme fiscale.
  10. D'un point de vue technique normatif, le projet de loi sur le changement climatique et la transition énergétique souffre d'un manque d'uniformité. La loi sur le changement climatique et la transition énergétique doit respecter les principes de bonne réglementation et doit être accompagnée du rapport d'analyse d'impact réglementaire correspondant.
 
La loi sur le changement climatique et la transition énergétique doit garantir le respect des principes du droit de l'Union (tels que la libre circulation des marchandises) et des compétences attribuées aux différentes administrations publiques et, en particulier, aux administrations autonomes. 

Articles connexes

Conversations Fide: Projet de loi sur le changement climatique et la transition énergétique

  • Valentin Alfaya, Directeur du développement durable chez Ferrovial
  • Carlos de Miguel, Avocat à Uría Menéndez, Professeur à la faculté de droit ICADE (Université de Comillas)
Lire la vidéo

Directeurs de groupe

Valentin Alfaya Arias

Directeur du développement durable chez Ferrovial

Mariano Bacigalupo Saggese

Professeur d'université, Département de droit administratif de l'UNED. Membre du Conseil académique de la Fide

Carlos de Miguel

Avocat. Professeur à la Faculté de droit de l'ICADE (Université de Comillas).

Luis Jesus Sánchez De Tembleque

Secrétaire exécutif de l'Association ibéro-américaine des entités de régulation de l'énergie (ARIAE), qui regroupe 27 organismes de régulation de l'énergie de 20 pays ibéro-américains.

Guillermina Yanguas Montero

Magistrat et docteur en droit. Membre du Conseil académique de Fide.

Coordination académique: Silvia Organista

Contact

Remplissez le formulaire et une personne de notre équipe vous contactera sous peu.