es Español

Groupe de travail

Droit du travail

Parce que?

La nécessité d'une nouvelle réglementation légale ne se pose pas comme une nouvelle réforme du travail, liée à une option politique spécifique et liée à son sort à chaque changement de législature ou à chaque changement de couleur politique du gouvernement. Le cadre juridique proposé pour les relations de travail, qui nécessite certainement une réforme systématique et en profondeur du règlement actuel, se veut consensuel, clair, complet et stable dans ses lignes et institutions de base, ce qui est considéré comme essentiel pour la sécurité juridique des travailleurs et employeurs, règlement et consolidation jurisprudentiels et doctrinaux, certitude du reste des opérateurs et crédibilité générale et confiance du système juridique et institutionnel.

Les conclusions que nous incluons ci-dessous ont été tirées des contributions et interventions de tous les participants au groupe et des experts qui ont été invités, qui bien que logiquement ne représentent pas l'opinion unanime de tous, notamment sur les causes profondes de certains des les problèmes actuels et leurs solutions reflètent les enjeux sur lesquels le débat s'est focalisé entre des spécialistes de différents sujets (juristes, économistes, sociologues) et des praticiens de diverses professions (magistrats, professeurs d'université, avocats, directeurs des ressources humaines, responsables du personnel du public Administration ...). Après une première série de conclusions générales sur la législation du travail, les conclusions successives, jusqu'à cinquante-cinq au total, sont liées aux domaines thématiques de base de ladite législation, sans entrer dans le domaine de la sécurité sociale: embauche, négociation collective, flexibilité interne. mesures, licenciement, représentation et participation des travailleurs dans l'entreprise De même, ces conclusions du groupe «FIDE», au pluriel dans sa composition et sans rapport avec aucun parti politique, sont formellement et matériellement liées au débat académique et professionnel ouvert dans d'autres pays de l'Union européenne sur la situation de la législation du travail après la longue et une période profonde de crise économique et financière, sur le droit du travail, sur le rôle de la loi dans la réglementation du travail et des relations de travail, des syndicats et des associations professionnelles.

publications

POUR UN NOUVEAU CADRE LÉGISLATIF DU TRAVAIL.
CONCLUSIONS DU GROUPE FIDE SUR UN NOUVEL ORDRE JURIDIQUE CONVENU DU TRAVAIL ET DES RELATIONS DE TRAVAIL

Madrid. 1 décembre 2016

Le groupe de réflexion et de débat «FIDE» propose un ordonnancement consensuel des relations de travail avec un objectif d'emploi, de qualité du travail, de productivité et de compétitivité.

Voici les conclusions tirées des contributions et interventions de tous les participants audit groupe et des experts qui ont été invités, qui bien que logiquement ne représentent pas l'opinion unanime de tous, notamment sur les causes profondes de certains des problèmes actuels et leur les solutions reflètent les problématiques sur lesquelles s'est centré le débat entre spécialistes de différents sujets (juristes, économistes, sociologues) et praticiens de diverses professions (magistrats, professeurs d'université, avocats, directeurs des ressources humaines, responsables du personnel de l'administration publique…).

Ils ont participé à ce groupe de travail: 

  • Jordi Agustí Julià, magistrat de la chambre IV de la Cour suprême;
  • Carlos Luis Alfonso Mellado, professeur de droit du travail et de sécurité sociale à l'Université de Valence - études générales;
  • Ricardo Bodas Martín, président de la chambre sociale de la Cour nationale;
  • Martín Borrego Gutiérrez, directeur général de la Fondation du Service Interconfédéral de Médiation et d'Arbitrage (SIMA);
  • Esteban Ceca Magán, président et associé fondateur de Ceca Magán Abogados SL;
  • Juan Chozas Pedrero, directeur des ressources humaines de Bankia;
  • Jesús Cruz Villalón, professeur de droit du travail et de sécurité sociale à l'Université de Séville et directeur dudit département;
  • Carlos de la Torre García, avocat au département du travail de Baker & Mckenzie;
  • Ignacio García-Perrote Escartín, associé de la zone de travail d'Uría Menéndez, professeur de droit du travail et de sécurité sociale à l'UNED;
  • Román Gil Alburquerque, associé de Sagardoy Abogados;
  • Valeriano Gómez Sánchez, chercheur au Centre d'études sociales de la Fondation Ortega Marañón et économiste à A25 Abogados & Economistas;
  • Francisco González de Lena Álvarez, chef de cabinet du président du Conseil économique et social;
  • Fermín Guardiola Madera, associé chez Baker & McKenzie SLP;
  • Concha Gutiérrez del Castillo, inspecteur du travail et de la sécurité sociale;
  • Álvaro Hernando de Larramendi, associé fondateur du cabinet d'avocats Ejaso;
  • Cristina Jiménez Savurido, magistrat en congé. Président de la Fondation FIDE;
  • Ciríaco Hidalgo, directeur des relations gouvernementales chez SEAT;
  • Juan Ignacio Lamata Cotanda, avocat d'El Corte Inglés;
  • Luis Fabián Márquez Sánchez, président de la société Analysts of Industrial Relations SA (Arinsa);
  • Pilar Menor Sánchez, associé en charge du département du droit du travail de DLA Piper Spain SLU;
  • Cristóbal Molina Navarrete, professeur de droit du travail et de la sécurité sociale, Université de Jaén;
  • Fernando Moreno Piñero, avocat. Administrateur d'Arinsa;
  • Luis Pérez Capitán, directeur des relations de travail d'Iberia;
  • Marta Pérez Pertejo, chef de la division des services juridiques d'entreprise de la société d'État Correos y Telégrafos;
  • Luz Rodríguez Fernández, professeur agrégé de droit du travail et de la sécurité sociale à l'Université Castilla La Mancha;
  • Fernando Salinas Molina, magistrat de la Cour suprême;
  • María Luisa Segoviano Astaburuaga, magistrat de la chambre IV de la Cour suprême;
  • Antonio Sempere Navarro, magistrat de la chambre IV, Cour suprême;
  • Fernando Valdés Dal Re, magistrat de la Cour constitutionnelle;
  • Agustín Vaquero Gallego, directeur des programmes au ministère de l'Emploi et de la Sécurité sociale;
  • Rosa María Virolés Piñol, magistrat de la Cour suprême, chambre IV;
  • Rosa Zarza Jimeno, associée directrice du département du travail de Garrigues, Madrid.

 

Toutes les personnes qui ont participé à ce groupe de travail Fide l'ont fait à titre personnel et non au nom des entités, bureaux, tribunaux, universités, entreprises ou ministères, où ils exercent leur travail professionnel, donc ces conclusions ne ne reflètent pas et n'incluent pas les positions institutionnelles mais plutôt des positions particulières de chacun des membres du groupe.

Eco en presse

Magazines «Droit des relations de travail», Lefebvre El Derecho: ils intègrent les travaux du groupe Fide et d'autres articles connexes

Nouvelles:

Intérêt maximal pour la conférence tenue aujourd'hui à Mérida sur les conclusions auxquelles le Groupe Fide est parvenu sur un nouvel ordre juridique consensuel du travail et des relations de travail

Juin 9 2017

La Fondation pour la recherche sur le droit et les affaires (FIDE) et le ministère de l'Éducation et de l'Emploi, Direction générale du travail de la Junta de Extremadura, ont organisé à Mérida, une conférence au cours de laquelle le document de conclusions atteint par le groupe Fide, sur nouvel ordre juridique consensuel du travail et des relations de travail.  

Lire l'article complet

Nouvelles:

Intérêt maximal pour la journée de débat à San Sebasitán sur les conclusions du groupe Fide sur un nouvel ordre juridique consensuel du travail et des relations de travail

Janvier 19 2017

La Fondation pour la recherche sur le droit et les affaires (FIDE) et le Collège officiel des diplômés sociaux du Gipuzkoa, ont organisé à Mérida, une conférence au cours de laquelle le document de conclusions atteint par le groupe Fide, sur un nouvel ordre juridique consensuel du travail et du travail rapports.  

Lire l'article complet

Directeur de groupe

Maria Emilia Casas

Professeur de droit du travail et de la sécurité sociale. Président émérite de la Cour constitutionnelle. Conseiller d'État électif. Membre du Conseil académique de Fide.

Coordination académique: Lac Victoria Dal

Contact

Remplissez le formulaire et une personne de notre équipe vous contactera sous peu.