es Español

Groupe de travail

La révision du modèle de dépenses publiques en Espagne

Parce que?

Pendant la grande récession, tous les efforts ont visé à introduire une plus grande et meilleure discipline dans la gestion des finances publiques. C'est logique, puisqu'elle a donc été imposée par les nécessités de l'assainissement budgétaire. Mais, une fois la crise économique passée, il semble opportun de réfléchir à la qualité des dépenses publiques en Espagne. Il ne s’agit pas de formuler des propositions visant à mieux contrôler le déficit ou la dette, mais plutôt pour mettre en œuvre un système budgétaire axé sur les résultats, ainsi que pour rendre la fonction d'évaluation et de contrôle plus pertinente.

publications

Propositions du groupe de travail Fide: La révision du modèle de dépenses publiques en Espagne

Le groupe de travail Fide s'est réuni pendant un an, en sept séances de travail, d'octobre 2017 à septembre 2018. À la suite de ces séances, le groupe soulève six propositions, qui sont exposés ci-dessous, et dont l'objectif est prendre des mesures vers un modèle de budget qui rende explicite les objectifs politiques à atteindre et qui, grâce à l'évaluation, permet de savoir si et dans quelle mesure ils sont atteints.

  • Il est nécessaire de réformer la programmation budgétaire afin qu'elle rende explicites, dans un cadre pluriannuel, quels sont les objectifs politiques à atteindre, quelles sont les options choisies et les moyens alloués. Tout cela, incorporant, à partir de cette phase, les résultats des évaluations ex ante et ex post, avec transparence envers les citoyens.
  • Il est pratique d’introduire un modèle budgétaire axé sur les résultats en Espagne, Définissez vos objectifs avec les indicateurs, les activités et les ressources qui vous sont assignés. Il doit aussi y avoir un système de suivi et de contrôle des résultats, non seulement financiers, mais aussi opérationnels.
  • Le budget, à l'heure actuelle, n'est pas un instrument complet pour toutes les dépenses publiques, ce qui rend son utilisation difficile comme outil de gestion des dépenses. Pour cette raison, sa coordination avec le système européen des comptes devrait être améliorée, en introduisant le critère de la comptabilité d'exercice et la consolidation d'un inventaire du patrimoine.
  • Il faut intégrer l'évaluation dans le cycle budgétaire, à travers son institutionnalisation, de manière que ses résultats sont utilisés dans la prise de décision.
  • Un système comme celui proposé nécessite les réformes des organes d'évaluation et de contrôle. D'un côté, il doit y avoir un organe directeur du système d'évaluation et, d'un autre, renforcer le rôle du Parlement, en améliorant la capacité d'évaluation de la Cour des comptes.
  • La réforme budgétaire doit aboutir à tous les niveaux de gouvernement, attribuant le caractère de de base à la législation commune de la phase de programmation, de la fonction de budget et d’évaluation.

Ils ont participé à ce groupe de travail: 

  • Emilio Albi Ibáñez, professeur de finances publiques, Université Complutense de Madrid;
  • Ignacio Bayón Mariné, avocat au Conseil d'État et aux tribunaux généraux;
  • Laura de Pablos Escobar, professeur d'économie appliquée, Université Complutense de Madrid;
  • Rafael Domínguez Olivera, procureur général, ministère des Travaux publics;
  • Manuel Fresno Castro, Contrôleur-auditeur d’État et actuellement directeur général des finances et du contrôle de gestion de l’ADIF;
  • Juan Antonio Garde Roca, inspecteur du Trésor de l’État; Paloma Martín Martín, directrice de Deloitte Consulting;
  • José Ramón Martínez Resano, économiste;
  • David Mellado Ramírez, associé, PWC. Procureur d'État en congé, membre du Conseil académique de la Fide;
  • Jesús Miranda Hita, contrôleur et auditeur d'État, inspecteur du Trésor, inspecteur-trésorier de l'administration locale et inspecteur des services de l'économie et des finances;
  • Ignacio Moral Arce, membre de l'Institut d'études fiscales;
  • José Alberto Pérez Pérez, inspecteur du Trésor, contrôleur et auditeur d’État et inspecteur des services des ministères de l’économie et des finances;
  • Cándido Pérez Serrano, partenaire responsable des infrastructures, du gouvernement et de la santé, KPMG Espagne;
  • Jesús Rodríguez Márquez, Prof. Chef du droit financier et fiscal, associé responsable et directeur du domaine de la pratique fiscale, F & J Martín Abogados. (Directeur du groupe de travail);
  • Rosa Sanz Cerezo, avocate d'État, Agence espagnole de coopération internationale au développement (AECID), ministère des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la coopération;
  • Eduardo Zapico Goñi, travaille dans l'intervention générale de l'administration publique.

Directeur de groupe

Jésus Rodriguez Marquez

Prof. Responsable du droit financier et fiscal, associé responsable et directeur du domaine de pratique fiscale, F & J Martín Abogados. (Directeur du groupe de travail);
Coordination académique: Lac Victoria Dal

Contact

Remplissez le formulaire et une personne de notre équipe vous contactera sous peu.