es Español

Forum énergie et régulation

Le FIDE Energy Energy and Regulation Forum est un forum multidisciplinaire de haut niveau pour suivre et débattre de l'actualité réglementaire dans le secteur de l'énergie du point de vue juridique, économique et technique, réunissant des professionnels qualifiés du secteur qui développent leur activité tant auprès du public que sphères privées et universitaires. 

Hermenegildo Altozano

Réalisateur.
Associé responsable de la pratique de l'énergie et des ressources naturelles du bureau de Bird & Bird à Madrid. Il était auparavant associé chez Hogan Lovells et Eversheds Lupicinio. Entre 94 et 96, il a travaillé pour le cabinet d'avocats Bracewell & Patterson à Houston (Texas). Membre du Conseil académique de la FIDE.

Mariano Bacigalupo Saggese

Réalisateur.
Professeur d'université, Département de droit administratif, Faculté de droit de l'UNED. Conseiller, Commission nationale des marchés et de la concurrence (CNMC). Membre du Conseil académique de la FIDE.

Luis Miguel Palancar

Réalisateur.
Responsable des financements structurés et de projets pour l'Europe et l'Asie chez BBVA Corporate & Investment Banking, dirigeant des opérations de conseil financier et structurant le financement de projets et d'acquisitions.Membre du Conseil académique de la FIDE.

publications

Découvrez toutes les publications, résumés de sessions et autres documents liés à l'activité de ce forum:

Novembre 13 2019

  • Francisco Espinosa, Associé directeur, Association des consommateurs d'électricité, (ACE)
  • Pedro González, Directeur de la Régulation, AELEC
  • Jorge Morales de Labra, Directeur général, Próxima Energía (GeoAtlanter)

 

Modérateur: Íñigo del Guayo, Professeur de droit administratif, Université d'Almería

Résumé

Le système énergétique évolue selon les principes de la décarbonisation, de la numérisation et de la décentralisation. Nous nous dirigeons vers un tout nouveau système électrique. La mise en œuvre de ces principes donnera aux consommateurs un rôle nouveau et central dans le système. Pour atteindre ces objectifs, les réseaux sont un instrument essentiel, également parce qu'ils constituent des plateformes pour la conduite de nouvelles entreprises. Toute réglementation économique doit être prévisible et stable et doit respecter la sécurité juridique. Ces exigences ont un caractère maximal au cœur du règlement, qui est la conception et la mise en œuvre des cadres de rémunération. Compte tenu de la complexité du nouveau système de technologie énergétique, la réglementation doit essayer de s'adapter. Une compensation adéquate des réseaux est essentielle à la réalisation des investissements nécessaires, sans lesquels les objectifs ambitieux fixés dans le plan national espagnol intégré pour l'énergie et le climat ne seront pas atteints. Ce sont des objectifs qui dépassent également la moyenne des engagements pris par d'autres États de l'Union européenne. S'il n'y a pas d'investissement dans les réseaux, il sera difficile pour la production par les énergies renouvelables, intermittente et ingérable, d'être intégrée dans le système. L'automatisation des réseaux implique la gestion des flux bidirectionnels et la gestion de la demande, ce qui est inaccessible sans un investissement suffisant dans l'innovation. Il faut reconnaître que la mise en œuvre de réseaux intelligents ne signifie pas nécessairement une réduction des coûts de réseau. La transition gazière nécessite également une compensation adéquate des activités de réseau, non seulement parce que le rôle que joue le gaz dans le système électrique, en tant que source plus propre et plus sûre (gérable), mais parce que la transition vers les gaz renouvelables elle-même nécessite beaucoup d'investissements dans l'innovation technologique. . Dans la transition énergétique, il faut gouverner pour que tous les secteurs et tous les sujets impliqués travaillent dans le même sens. La transition sera un échec si l'un des agents du secteur de l'énergie (du côté de l'offre ou de la demande) est exclu du processus - directement ou indirectement -. La transition nécessite d'énormes investissements et les entreprises soumises à la régulation économique obtiennent leur rémunération sur décision publique. La détermination de la rémunération des réseaux par la fixation des péages a été confiée début 2019 à la Commission nationale des marchés et de la concurrence, qui a publié il y a quelques mois des projets de circulaires. Cette circonstance est l'occasion d'établir des méthodologies claires et transparentes et de développer une culture réglementaire saine qui implique les régulateurs et les régulateurs dans un dialogue continu. Le système institutionnel espagnol dispose de quelques cadres de discussion qui doivent être élargis et perfectionnés. Les allégations présentées par les parties intéressées au projet de circulaires sont actuellement à l'étude.

7 2020 Septembre

Intervenants:

  • Jeanne Groizard, Directeur général d'IDEA
  • Rocío Sicre, Country Manager Spain chez EDP

Modérateur: Hermenegildo Altozano,Partenaire de Bird & Bird. Membre du Conseil académique de la Fide

Résumé

Le secteur de l'énergie et le pays dans son ensemble sont à un moment clé, à la fois en raison du cadre réglementaire international et européen dans le domaine de l'énergie et de la lutte contre le changement climatique, avec l'objectif de neutralité climatique à l'horizon 2050 également comme le besoin d'activer à court terme un processus de reconstruction économique qui, selon les preuves, devrait être basé sur des investissements «verts» s'il cherche à maximiser le rendement de l'activité et de l'emploi à court terme, tout en générant une activité compatible avec le moyen -objectifs à long terme.

À leur tour, les énergies renouvelables ont vu un énorme évolution technologique ces dernières années, ce qui, dans le cas des technologies matures, en fait le moyen le moins cher de produire de l'électricité. Pour garantir l'investissement dans les énergies renouvelables dans un marché non conçu, a priori, pour des technologies à investissement initial élevé et à faibles coûts d'exploitation comme les énergies renouvelables, un cadre est nécessaire qui assure la prévisibilité des revenus et la certitude à moyen terme.

Par conséquent, un nouveau cadre d'enchères qui permet au consommateur d'anticiper les économies sur la facture énergétique découlant des coûts des énergies renouvelables modernes, qui intègre divers mécanismes de contrôle pour assurer une concurrence adéquate, minimiser les comportements qui faussent le marché et qui cherche également à profiter de l'effet tracteur potentiel sur toute la chaîne de valeur industrielle que représentent les énergies renouvelables dans notre pays.

Dans tous les cas, le régime économique des énergies renouvelables est toujours en phase de développement réglementaire, de sorte que les rapports obligatoires et les contributions des différents secteurs peuvent apporter des améliorations et des nuances à ce qui a été décrit.

Ensuite, Rocío Sicre fait une présentation sur l'impact économique des énergies renouvelables, et sur la PNIEC, selon laquelle une puissance totale installée dans le secteur de l'électricité de 2030 GW est attendue d'ici 161, dont 50 GW seront de l'énergie éolienne; Solaire photovoltaïque de 39 GW; 27 GW cycles combinés gaz; 16 GW hydraulique; Pompage de 9,5 GW; 7 GW solaire thermoélectrique; et 3 GW de nucléaire, en plus de 2.5 GW de stockage, qui permettront d'atteindre 74% de production renouvelable.

El coût des énergies renouvelables Aujourd'hui (en termes de LCOE), c'est la plus basse de toutes les alternatives de production et on s'attend à ce que les deux technologies continuent de réduire leurs coûts. En conséquence, du point de vue du consommateur, l'intégration des énergies renouvelables permettrait de réduire le coût de l'électricité. Ceci est particulièrement pertinent pour les gros consommateurs, car cela pourrait aider à réduire leur facture d'électricité, tout en réduisant leur empreinte carbone. De cette manière, les énergies renouvelables contribuent à améliorer la compétitivité des industries établies en Espagne par rapport à d'autres pays et, en fin de compte, à attirer de nouveaux investissements industriels ou à empêcher la fuite de ceux existants.

Cependant, pour que cela soit rempli, il est nécessaire que les énergies renouvelables aient un cadre réglementaire et de revenus stable:

  • D'une part, il doit y avoir un calendrier des enchères avec une visibilité suffisante. RDL 23/2020 jette les bases des enchères, ce qui est très positif pour le secteur, mais il est essentiel que nous ayons également un calendrier qui permette à la fois aux industriels de planifier leur chaîne de production et aux développeurs de leur portefeuille de projets.
  • En outre, le régime de rémunération octroyé doit permettre une visibilité sur les revenus (un CfD, tel que recommandé par le lignes directrices Européen, c'est préférable). De cette manière, il est possible d'accéder à de bonnes conditions de financement qui se traduisent par un prix plus bas et donc des économies plus importantes pour les consommateurs.

En outre, les énergies renouvelables contribuent de manière significative à l'économie. Selon le dernier annuaire du PREPA, l'énergie éolienne en Espagne contribue à 0.3% du PIB avec 3,584 24,000 millions d'euros et 130 XNUMX personnes employées, étant le troisième pays exportateur au monde, juste derrière le Danemark et l'Allemagne. Avec des installations éoliennes attendues d'ici la fin de la décennie, non seulement en Espagne mais aussi dans le reste de l'Europe, près de XNUMX GW selon les plans nationaux, le secteur éolien pourra continuer à contribuer au développement économique. Il convient également de noter que, dans la situation économique actuelle, l'éolien et les énergies renouvelables en général, du fait de leurs délais de construction courts, s'ils disposent d'un cadre réglementaire approprié (accès et raccordement, enchères, etc.) peuvent contribuer de manière substantielle à la l'économie.

De plus, l'intégration des SER aux niveaux définis dans le PNIEC oblige à développer d'autres technologies (batteries, hydrogène, etc.) qui sont encore dans une phase plus prématurée mais qui pourraient représenter un nouveau secteur industriel comme on le voit dans l'éolien aujourd'hui.

Novembre 3 2020

Intervenants:

  • Jaime Almenar, Associé dans le domaine de droit public de Clifford Chance

  • Pedro Gonzalez Gonzalez, Directeur de la Régulation de l'AELEC.

Modérateur: Mariano bacigalupo, Professeur de droit administratif (UNED), membre de la chambre de recours de l'Agence européenne de coopération des régulateurs de l'énergie (ACER) et membre du Conseil académique de la Fide

Résumé

Jaime Almenar a ouvert le débat, faisant allusion à la approbation prochaine du règlement pour le développement de l'article 33 de la LSE au moyen d'un arrêté royal et d'une circulaire de la CNMC, qui n'envisage pas encore le développement du régime d'accès et de connexion pour les consommateurs et les distributeurs.

Les principales idées des projets normatifs en cours sont:

  1. Se unifier les droits d'accès et de connexion en une seule procédure, qui sera demandée conjointement au gestionnaire du réseau auquel l'installation doit être connectée.
  2. Également simplifié et clarifié procédures pour la concession l'accès et la connexion, tout en réduisant les conditions de son octroi.
  3. Se consolide le critère de priorité temporelle pour la commande des demandes d'accès, lorsqu'il s'agit de demandes soumises à des jours différents, mais d'importantes exceptions sont introduites. Ainsi, les demandes soumises le même jour ne seront pas commandées en fonction de l'heure de dépôt de la demande et de sa documentation complète jointe, mais en fonction de la date de soumission à l'administration compétente du récépissé attestant la constitution de la garantie. Également à titre d'exception au principe de priorité temporelle, le Le ministère de la Transition écologique se réserve le droit de convoquer de manière discrétionnaire des concours pour l'octroi de la nouvelle capacité d'accès, lorsque la capacité d'accès excédentaire apparaît dans un nœud. De même, et pour favoriser l'hybridation des installations qui disposent déjà de permis d'accès, elles sont autorisées à utiliser la même connexion, à condition qu'elles satisfassent à certaines exigences, sans demander de nouvel accès. Enfin, un deuxième chance pour les permis d'accès accordés avant la loi de 2013 sur le secteur de l'électricité, alors qu'ils n'ont pas pu avoir l'acte de démarrage avant le 21 août, en échange de répondre à des exigences assez lourdes. Cette seconde opportunité permettra aux propriétaires de ces installations d'obtenir un nouvel accès sans se soumettre à la règle de la priorité temporelle.
  4. Se Supprime la figure de l'interlocuteur unique du nœud, bien qu'il restera temporairement dans les nœuds où il existe déjà.
  5. Se réglementer les accords de compensation pour la compensation pour les nouveaux utilisateurs du coût des infrastructures nécessaires à l'efficacité de la connexion au réseau.

Puis Pedro González fait une présentation sur la manière dont le PNIEC introduit dans ses objectifs tous les changements de paradigme face au secteur.

L'importance de l'accès et du raccordement aux réseaux électriques est pleinement motivée par l'important défis auxquels est confronté le secteur de l'électricité, avec des objectifs ambitieux déjà à l'horizon 2030, qui consolideront les transformations qui vont s'opérer; avec une production principalement renouvelable qui peuvent être hybrides entre les technologies, combinant des éléments de stockage, et avec certains consommateurs les plus actifs qu'ils ne seront plus seulement des consommateurs, ce qui compliquera la gestion des réseaux notamment en ayant à gérer des capacités variables de production et de consommation, notamment dans le réseau de distribution.

Par conséquent, la réglementation sur l'accès et la connexion a le défi de maximiser l'intégration des énergies renouvelables, assurer l'approvisionnement à tout moment, et introduire de la rationalité dans les demandes en raison de la forte accumulation existant à ce jour. Le projet d'arrêté royal et la proposition de circulaire constituent le cadre réglementaire qui progresse dans la simplification de la procédure, mais dont certains aspects peuvent être modifiés - sous réserve des commentaires d'aelēc - tels que la possibilité d'acceptation des candidatures dans des conditions de renforcement du réseau, la nécessité de réduire l'incertitude sur les restrictions temporaires d'accès ou dans les concours de capacité, ou de rationaliser les délais d'adaptation des systèmes et des portails Web ou le traitement des demandes. De plus, il est nécessaire de déterminer un procédure de calcul de capacité du réseau de distribution qui s'adapte aux spécificités du réseau.

Janvier 21 2020

Intervenants:

  • Ismaël Bahillo, Directeur adjoint de la régulation économique et financière et des prix réglementés, Commission nationale des marchés et de la concurrence

  • Luis Blanco, Directeur commercial de la gestion de l'énergie d'ACCIONA.

Modérateur: Hermenegildo Altozano, Partenaire de Bird & Bird et membre du Conseil Académique de Fide.

Résumé

La session portait sur le protection du consommateur d'énergie: changements de distributeur et facture électronique et Ismael Bahillo est intervenu le premier, décrivant la cadre réglementaire sur la protection des consommateurs d'énergie tant au niveau des réglementations de consommation, que des réglementations sectorielles ou des directives du marché intérieur de l'électricité et du gaz.

Il a ensuite analysé le principaux résultats en termes de changement de marketeur à la fois dans le secteur de l'électricité et dans le secteur du gaz: taux de change agrégés des distributeurs et par segment de marché; temps moyens d'activation du changement; les changements entre le tarif réglementé et les prix librement convenus avec le distributeur; fidélité entre les commerçants réglementés et libres du même groupe d'entreprises; fidélisation entre le distributeur et les marketeurs d'un même groupe d'activités, etc. Il reprend également les aspects les plus marquants et les propositions réglementaires faites par la CNMC dans sa récente Rapport de surveillance du marché de détail de l'électricité.

L'orateur continue de montrer le vision que les consommateurs ont du secteur de l'énergie à travers les opinions exprimées par les principales associations de consommateurs, les résultats du panel de ménages préparé par la CNMC ou à l'international, le «Consumer's Market Scoreboard» de la Commission européenne. Au niveau international également, il est fait référence à la Vision 2030 pour le consommateur d'énergie du Conseil des régulateurs européens de l'énergie (CEER) et de l'organisation européenne des consommateurs (BEUC).

Cette première présentation conclut que le cadre européen établi d'abord par le paquet énergie propre en 2019 et plus tard, avec le pacte vert européen de 2020, marque des objectifs très ambitieux en matière de part d'énergies renouvelables, de réduction des émissions et d'amélioration de l'efficacité, afin de parvenir à une Union européenne climatiquement neutre d'ici 2050. La transition énergétique que cela implique doit être réalisée avec l'implication et l'engagement d'un consommateur actif et éduqué.

Puis Louis blanc soulève quelques points clés sur le long chemin parcouru depuis 1998 dans la compétition marketing, tels que: 
  • En 2020, 22% de l'énergie électrique n'est plus vendue par aucune entreprise «historique».
  • En 2020, 2,9 millions de clients n'achètent plus d'énergie à aucune entreprise «historique».
  • Le succès a été de tous, des différents gouvernements et de tous les agents.
Concernant les mesures visant à promouvoir la concurrence dans le commerce de l'énergie, le rapporteur soulève certains points clés en relation avec différents aspects.
  1. IAE en route pour la commercialisation:
  • Jusqu'à il y a un mois, les commerçants d'électricité et de gaz recevaient des demandes sans fin de la part des différentes communes, exigeant le paiement de l'IAE.
  • Cela fait que dans certaines zones la commercialisation n'est pas rentable (1-2 clients et paiement de 300 à 400 €).
  • Depuis 2021, il existe une rubrique nationale spécifique pour la commercialisation de l'énergie.
  • De cette façon, il n'y aura plus d'avantage fiscal pour les grands à vendre dans de nombreuses municipalités.
 
  1. Analyse de la directive 944/2019 sur le marché intérieur.
  • La directive indique qu'à partir de janvier 2021, il n'y aura pas de tarifs réglementés pour les PME et les grandes entreprises. Avec la réglementation en vigueur, cette exigence n'est pas remplie.
  • C'est proposé limiter le tarif volontaire pour le petit consommateur exclusivement aux clients nationaux, à l'exclusion des entreprises.
  • La directive indique qu'ils doivent être pris des mesures pour éliminer progressivement les tarifs réglementés existants (Sauf pour les consommateurs en situation de précarité énergétique).
  • le abaissement progressif de la limite de puissance pour l'accès aux tarifs réglementés au 31/12/2020, passant de 10 kW à 5 kW.
  • La directive indique que s'il existe encore des tarifs réglementés au 31/12/2020, ils doivent avoir un prix supérieur au coût et qui permet la libre concurrence. Pour cette raison, adapter le taux PVPC au 1/12/2020 au coût réel de la collecte de fonds active.
 
  1. Promotion de la facture numérique.
  • La législation européenne progresse en faveur de la numérisation, de l'amélioration de la productivité, de la durabilité et de l'environnement, la réglementation espagnole n'est pas uniforme dans sa perception, son évaluation et son traitement de l'utilisation des factures numériques.
  • En ce sens, la législation espagnole peut contredire la réglementation des consommateurs pour deux raisons:
  1. La loi générale pour la défense des consommateurs et des utilisateurs requiert le consentement exprès du client final.
  2. La réglementation européenne sur la TVA, interprétée par le ministère des Finances, indique que le consommateur doit donner son consentement éclairé, mais expressément ou tacitement.
  • Clairement, la possibilité d'un l'acceptation tacite simplifierait les procédures et aiderait à atteindre les objectifs européens mentionné ci-dessus, en plus d'incorporer certains avantages évidents, tels que:
    • Contribuer à la modernisation et à la numérisation de l'économie.
    • Bénéfices pour l'environnement et économies économiques.
    • Il réduit également l'utilisation de papier, d'encre et de carburant dans son transport.
    • Facilite la lutte contre la fraude.
 

Coordination académique: Emilie Malacalza

Contact

Remplissez le formulaire et une personne de notre équipe vous contactera sous peu.